Blog

La révolution des aliments transformés en Afrique et le double fardeau de la malnutrition

Ce blog a été initialement publié sur IFPRI.org. Il a été écrit par Swati Malhotra et Rob Vos de la division Marchés, Commerce et Institutions de l'IFPRI.

Au cours des dernières décennies, la croissance économique en Afrique au sud du Sahara s'est avérée être une arme à double tranchant. L'augmentation des revenus a contribué à accroître la consommation alimentaire et à réduire les taux de dénutrition, bien que les gains de la croissance aient été inégaux ; environ 20 % des Africains, soit plus de 250 millions de personnes, se couchent encore chaque jour le ventre vide. Dans le même temps, la prévalence du surpoids et de l'obésité est en hausse, en partie parce qu'une part importante de l'augmentation de la demande alimentaire a été consacrée aux aliments transformés et ultra-transformés et aux boissons sucrées. En conséquence, la région est confrontée à un problème massif de double charge de malnutrition.

Une étude récente dirigée par Thomas Reardon et Barry Popkin, à laquelle ont participé Bart Minten, Rob Vos et d'autres chercheurs de l'IFPRI, associe l'émergence de cette double charge à l'évolution rapide des marchés alimentaires africains. Avec l'urbanisation rapide, l'augmentation des revenus et les opportunités d'emploi pour les femmes, la demande d'aliments pratiques (transformés) se développe rapidement et les chaînes d'approvisionnement se sont transformées - faisant évoluer la production vers des aliments transformés bon marché et la distribution par les supermarchés et les magasins de proximité, principalement dans les zones urbaines.

La consommation d'aliments transformés et ultra-transformés est également en hausse dans les zones rurales d'Afrique, sous l'effet, entre autres, de la mécanisation de la production agricole, de l'augmentation des revenus provenant d'emplois non agricoles et de l'augmentation connexe du coût d'opportunité du temps et de la commodité. Nombre de ces aliments transformés sont riches en sucre, en sel, en graisses saturées et/ou en conservateurs et contribuent ainsi à la surcharge pondérale et à la propagation de maladies non transmissibles telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Parallèlement, les laissés-pour-compte du développement économique, notamment les nombreux petits exploitants et sans-terre des zones rurales touchées par les chocs climatiques et les conflits, sont également confrontés à une insécurité alimentaire persistante et à des taux élevés de retard de croissance et d'émaciation chez les enfants.

L'augmentation de la demande d'aliments transformés s'explique par l'expansion rapide de la transformation des aliments et des systèmes modernes de distribution et de conditionnement dans les chaînes d'approvisionnement alimentaire, grâce à la prolifération des petites et moyennes entreprises (PME) et des grandes sociétés alimentaires nationales et étrangères. Ces dernières ont également stimulé la demande d'aliments (ultra)transformés par le biais de campagnes de marketing agressives et grâce à la baisse du coût de ces aliments obtenue par des investissements dans les économies d'échelle. Bon nombre des grands acteurs du marché alimentaire africain se sont développés grâce à l'investissement direct étranger, comme l'indonésien Indofood, qui fournit des snacks emballés et des produits prêts à consommer comme les nouilles ramen d'Indomie au Nigeria.

L'émergence du secteur des aliments transformés a des effets à la fois positifs et négatifs. D'un côté, la révolution des aliments transformés est pratique pour les consommateurs en général, mais surtout pour les femmes, et génère également un nombre important de nouveaux emplois, de plus en plus pour les femmes, le long des chaînes d'approvisionnement alimentaire. Les PME impliquées dans la transformation, la vente en gros, le transport et la vente au détail emploient actuellement environ 20% de la main-d'œuvre rurale et 25% de la main-d'œuvre urbaine en Afrique. En outre, l'augmentation de l'offre de certains aliments transformés (comme le lait transformé et conditionné) a amélioré la sécurité alimentaire et contribué à diversifier les régimes alimentaires, réduisant ainsi la sous-alimentation et les carences en micronutriments. En revanche, comme nous l'avons déjà mentionné, la consommation accrue d'aliments ultra-transformés a considérablement augmenté la prévalence du surpoids et de l'obésité, ce qui accroît les risques sanitaires sous la forme de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers.

Il ne sera pas facile d'inverser des tendances qui se poursuivent depuis des décennies. Pourtant, l'étude suggère un certain nombre d'interventions qui se sont avérées efficaces dans plusieurs contextes. Les transferts d'argent liquide et les subventions pour l'alimentation scolaire, ainsi que le renforcement des programmes agricoles sensibles à la nutrition, sont des moyens directs d'aider les pauvres et de réduire la sous-alimentation de manière ciblée. Des investissements publics ciblés dans les infrastructures publiques (routes, électricité, capacité de stockage, etc.) permettront d'améliorer l'accès aux marchés pour les producteurs pauvres, d'intégrer les chaînes de valeur et de renforcer la sécurité alimentaire, générant ainsi de meilleurs revenus et des opportunités d'emploi pour les agriculteurs et les travailleurs ruraux pauvres. Ces mesures permettront également d'accroître la disponibilité et l'accessibilité financière des aliments frais et transformés. D'autres mesures complémentaires seront nécessaires pour contrer les améliorations du système alimentaire qui encouragent la consommation d'aliments transformés malsains. Les politiques et réglementations fiscales, telles que les taxes sur le sucre et l'étiquetage des aliments malsains, ont été appliquées avec succès pour réduire la demande d'aliments ultra-transformés malsains. Le Chili, par exemple, a réussi à réduire la consommation en prélevant des taxes sur les boissons sucrées et en rendant obligatoires les étiquettes d'avertissement sur le devant des emballages.

Reproduire de telles politiques en Afrique peut s'avérer difficile, car elles peuvent se heurter à une forte opposition de la part des grandes entreprises alimentaires ayant un fort pouvoir de marché, et les gouvernements peuvent manquer de capacités administratives pour les mettre en œuvre. En outre, certaines mesures, telles que les taxes d'accises sur les produits malsains, peuvent être difficiles à mettre en œuvre dans des contextes où les secteurs de la transformation et de la vente au détail sont fragmentés et dominés par des PME du secteur informel, comme c'est le cas en Afrique au sud du Sahara. L'expérience du Chili en matière de profilage nutritionnel des produits alimentaires par le biais d'un étiquetage très visible sur le devant des emballages pourrait donc être une option plus réalisable pour les gouvernements africains. Ils pourraient également s'inspirer de l'interdiction par le Chili et le Mexique des aliments malsains distribués dans les écoles, et réglementer fortement les publicités pour les aliments (ultra)transformés. Ces interventions devront être adaptées aux conditions spécifiques des pays d'Afrique, ainsi qu'à leur paysage politique et industriel. Toutefois, si l'on ne s'attaque pas au double fardeau croissant de la malnutrition en Afrique, le coût pour la santé et le capital humain sera énorme, ce qui, à terme, entraînera d'importants revers économiques.

 

Swati Malhotra est spécialiste en communication à la Division des marchés, du commerce et des institutions (MTID) de l'IFPRI ; Rob Vos est directeur de MTID.

Ce travail a été soutenu par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le centre Carolina Population NIH Center, Bloomberg Philanthropies et l'Agence des États-Unis pour le développement international.

 

Source: IFPRI