Blog

Inclure la Nutrition dans le Cadre de Résultats du PDDAA

L'A4NH organise un événement parallèle à la Commission de l'Union Africaine (CUA) sur l'inclusion de la nutrition dans le calendrier du PDDAA.

Par : Summer Allen

La déclaration de Malabo, adoptée par les chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine en juin 2014, s'est engagée, en plus d'autres objectifs, à réduire le retard de croissance de 10 % et l'insuffisance pondérale de 5 % en Afrique d'ici 2025.  Pour élaborer des plans et des stratégies permettant d'atteindre cet objectif, il est important de faire le point sur les travaux antérieurs et actuels en matière de nutrition.  Le 8 octobre 2014, le programme de recherche du CGIAR sur l'agriculture pour la nutrition et la santé (A4NH) a organisé un événement parallèle à la réunion annuelle du Système régional d'analyse stratégique et de soutien des connaissances (ReSAKSS), qui s'est tenue à la Commission de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie.  L'événement, modéré par John McDermott (directeur de l'A4NH) et animé par Summer Allen, coordinateur de recherche à la Division des marchés, du commerce et des institutions de l'IFPRI, a réuni un groupe d'experts pour discuter du "ciblage et de la mesure des impacts sur la nutrition dans le cadre des résultats du Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine (PDDAA)". Le cadre de résultats du PDDAA est actuellement en cours de révision pour la période 2015-2025 ; ReSAKSS fournit des données pour faciliter le suivi dans le cadre de ce programme.  ReSAKSS est facilité par l'IFPRI, la CUA, l'Agence de planification et de coordination du NEPAD (NPCA) et les principales communautés économiques régionales.

Étant donné le rôle du ReSAKSS dans le suivi des progrès réalisés par rapport aux indicateurs du PDDAA, il est important de convenir d'indicateurs de nutrition appropriés afin qu'ils puissent être suivis et communiqués de manière cohérente.  Les membres de l'initiative de développement des capacités en matière de nutrition du PDDAA ont participé à l'événement d'octobre, tout comme plusieurs membres de la communauté ReSAKSS. L'événement comprenait une présentation du Dr Namukolo Covic du département de nutrition et de diététique de l'Université du Nord-Ouest en Afrique du Sud. Elle a parlé de l'importance de faire des progrès en matière de sous-nutrition en Afrique et a souligné la nécessité de suivre les indicateurs directs et indirects par le biais du cadre de résultats du PDDAA afin d'avoir l'impact souhaité sur la nutrition. Elle a également évoqué la nécessité pour le PDDAA de trouver délibérément des synergies avec d'autres initiatives existantes en matière de nutrition, telles que le projet "Scaling up Nutrition" (SUN), afin d'éviter les doubles emplois, et a souligné le rôle important de "l'agriculture comme fondement de la nutrition".

M. Kambaila Munkoni du PNUD, Lusaka (et officiellement de l'Office National des Statistiques de Zambie), a parlé des opportunités et des défis en matière de suivi et de mise en œuvre de la nutrition au niveau national.  Il a donné des exemples d'enquêtes qui suivent actuellement les indicateurs de nutrition et de santé, les différentes méthodes de collecte et le contexte politique en Zambie.  Il a appelé à une collaboration accrue avec les différentes institutions impliquées dans le suivi et la mise en œuvre des programmes.  Enfin, le Dr Mesfin Beyero, expert en santé publique et en nutrition en Éthiopie, a parlé des expériences et des leçons tirées de l'initiative LANEA (Leveraging Agriculture for Nutrition in East Africa).  Il a présenté le contexte des liens entre l'agriculture et la nutrition en termes d'état des connaissances ainsi que les défis qui existent pour les programmes agricoles sensibles à la nutrition.  Le Dr Beyero a souligné la nécessité d'un travail analytique plus approfondi afin de fournir une base de données probantes pour la planification des futurs programmes.

John McDermott a également animé une table ronde sur une série de sujets, notamment la manière de mieux intégrer la nutrition dans les plans de programme, la manière de faire face aux problèmes de capacité et de fournir une formation, et le soutien dont les pays ont besoin pour progresser dans la prochaine décennie dans le cadre du PDDAA.  Le panel comprenait également Johanna Jelensperger, chargée de programme sur la sécurité alimentaire et la nutrition à la FAO et membre de l'initiative de développement des capacités en matière de nutrition du PDDAA.

Le panel est parvenu à un accord sur les points suivants qui pourraient être appliqués au niveau national :

  • Une coordination supplémentaire entre les ministères est nécessaire pour soutenir tout accord qui serait conclu ;
  • Les capacités doivent être renforcées pour mettre en œuvre les objectifs de nutrition dans le cadre du PDDAA ;
  • Des campagnes de sensibilisation supplémentaires devraient être menées en partenariat avec l'approvisionnement et l'accès à des aliments nutritifs ;
  • La nutrition devrait être incluse dans les programmes d'éducation afin de garantir des changements à long terme.

Nombre de ces recommandations s'appliquent également au niveau régional et il a été convenu que les informations collectées sur la nutrition devraient être plus largement disponibles et utilisées aux niveaux régional et continental.