Blog

L’Ethiopie fait face un niveau d’insécurité alimentaire urgent

L’augmentation des conflits dans la région du Tigré, en Ethiopie, a perturbé l’accès à l’alimentation et à menacer les revenus de milliers de ménages, d’après une récente alerte d’urgence provenant du filet de sécurité FEWS.

Les populations déplacées, au sein du Tigré et dans les régions voisines d’Afar et d’Amhara et au Soudan, ont un besoin urgent d’assistance alimentaire, et ce jusqu’à fin 2021.

La dernière vague de conflit a débuté en novembre, pendant la saison de récolte principale (meher). Bien que les récoltes ont pu être réalisées dans quelques zones rurales, de nombreux ménages ruraux ont abandonné leurs cultures afin d’éviter les combats ou ne peuvent pas avoir accès à leurs champs à cause du conflit. De nouvelles mesures contraignant les déplacements et les perturbations des échanges commerciaux régionaux ont également touché l’activité économique dans la région, et les ventes de bétail par les ménages à revenu moyen et haut ont diminué.

Tous ces facteurs ont eu un impact négatif significatif sur les revenus et sur la sécurité alimentaire. La majorité des ménages pauvres au Tigré comptent sur l’agriculture pour subvenir à leurs besoins alimentaires ; beaucoup gagnent aussi leur vie grâce à leur travail agricole, qui nécessite la plupart du temps un déplacement vers les zones en surplus de production dans l’ouest de la région. La réduction des ventes de bétail a eu des conséquences néfastes sur l’économie locale, puisque les ménages plus riches recrutent moins de travailleurs agricoles locaux.

La diminution des revenus des ménages pauvres entraîne une augmentation drastique des prix des produits alimentaires. Les prix étaient déjà au-dessus de la moyenne avant le début du conflit en novembre, et les nouvelles perturbations aux commerce dans la région ont amplifié cette augmentation.

Le programme de filet de sécurité productif (PSNP) de l’Ethiopie n’a pas réussi à atteindre la région du Tigré pour distribuer une aide alimentaire au million de personnes bénéficiaires de ce programme. Ces perturbations concernant le programme d’aide devraient continuer à moyen-terme, probablement jusqu’à la moitié de 2021. Une plus grande coordination et coopération entre les gouvernements fédéral et régional est nécessaire pour assurer l’accès de l’aide humanitaire à ces régions.

Alors que le filet de sécurité FEWS estime que la plupart des ménages pauvres au Tigré a réussi à subvenir à leurs besoins immédiats grâce à la récente récolte, l’insécurité alimentaire devrait atteindre le stage de crise (IPC phase 3) dans les régions urbaines, péri-urbaines et même rurales du Tigré, d’Amhara et d’Afar. De plus, les populations qui comptent sur l’aide alimentaire du PSNP pourraient être en situation d’urgence alimentaire (IPH phase 4). Ce rapport requiert une action urgente afin d’augmenter l’aide alimentaire et humanitaire dans la région.